Club

Le Royal Gosselies Sports poursuit un but éducatif et sportif.

Il joue son rôle d’accompagnement, d’épanouissement et de socialisation de la jeunesse d’une région en proie à des difficultés économiques.

Sachant quelle est sa place dans la hiérarchie footballistique de la région, le club s’emploie à former de jeunes joueurs qu’il ne craint pas de lancer dans son équipe senior. Le travail est payant car ces derniers proviennent de pas moins de 23 communes différentes. Ils viennent même du Brabant wallon pour évoluer dans un club à vocation familiale.

Il a pour vocation de donner le meilleur encadrement possible aux jeunes de 4 à 18 ans. L’encadrement est d’ailleurs un point majeur du club. Un membre du conseil d’administration du club est spécialement détaché à la bonne marche de notre Ecole des Jeunes dont il assume la direction avec l’aide bienveillante de deux coordinateurs. Ils assurent l’encadrement d’un staff avec des entraîneurs diplômés, d’autres en passe de l’être ou des jeunes du club qui ont envie de s’impliquer que nous encadrons pour diriger les plus jeunes. Une permanence kiné est aussi assurée et un suivi médical se met peu à peu en place pour optimiser le suivi de tous nos affiliés.
Les équipements et les infrastructures sont les principaux investissements du club qui réserve plus de 60 % de son budget à son « Ecole de Jeunes ». Un stage de perfectionnement (période des vacances de Pâques) et 2 tournois sont organisés afin de lier des amitiés sportives avec non seulement les clubs de la région, mais des autres provinces également. Le RGS organisait également auparavant un tournoi au mois d’août (réservé aux 16-19 ans), où les équipes étrangères étaient également présentes. De nombreuses nations ont participé à cet événement. Les équipes vennaient de France, d’Espagne, d’Allemagne, d’Angleterre, de Tchéquie, de Hongrie, d’Ecosse, d’Italie, du Luxembourg et nous avons même reçu une équipe venant des USA.

La situation économique ambiante dans la région ne nous permet plus aujourd’hui d’investir autant d’argent et les pouvoirs publics n’offrent pas les mêmes possibilités que chez nos voisins français pour encore organiser un pareil événement. C’est pour cela que depuis 2009, le tournoi du mois de mai est devenu international. Les petits joueurs étrangers sont logés à l’habitant et cela renforce la convivialité d’un tel événement. Le club a passé le cap des 100 ans, sans le faste que l’on aurait souhaité, mais vu les circonstances que nous avons connues pour cet anniversaire, le plus cadeau que les dirigeants aient pu faire au club est qu’il soit toujours en vie. Personne en effet n’oubliera l’année passée loin de nos bases pendant que les tracasseries administratives bloquaient la construction de notre terrain synthétique et la situation financière catastrophique qui en a découlé.

Et pourtant, aucun de nos petits joueurs n’a pâti de la situation. Ils ont été équipés comme d’habitude et suivi avec la même attention. Comme aime le répéter notre manager, Jean-Marc Servais : « Il y en a qui font Médecins Sans Frontières, nous ont fait Gosselies Sports. Et s’il n’y avait qu’un seul jeune qui grâce à ce que nous faisons ne soit pas tombé dans la délinquance et l’oisiveté… rien que pour celui-là, cela justifie de faire ce que nous faisons chaque jour »!